Page d’accueil

Guide d’achat : congélateur armoire ou congélateur coffre : les critères de choix

De nos jours, les 2/3 des ménages utilisent un congélateur. Si vous n’en possédez pas encore ou si le vôtre vient de rendre l’âme et qu’il vous en faut un autre, voici un guide qui vous guidera rapidement et judicieusement dans le choix de votre congélateur.

Le format et la taille du congélateur

Il existe sur le marché de nombreux types de congélateurs qui se différencient d’abord par le format : le format coffre, appelé aussi « bahut » ou le format « armoire ». Chacun de ces formats a ses avantages et ses inconvénients et vous pouvez opter pour l’un ou l’autre selon vos besoins et l’espace dont vous disposez. Le format coffre, qui occupe environ 40% du marché, est très encombrant et prend plus de place au sol que le congélateur armoire. Il convient donc mieux aux ménages habitant une maison avec cave ou cellier. En effet, ce type de congélateur mesure, en général, entre 110 et 150 cm de large et 70 cm de profondeur et ne peut donc intégrer une kitchenette. Si vous habitez un appartement et que vous ne disposez pas d’espace nécessaire pour un congélateur coffre, optez plutôt pour un congélateur armoire. Celui-ci, de même format qu’un réfrigérateur et est bien plus simple à caser dans une petite cuisine. Il occupera un espace bien plus restreint puisqu’il ne mesure, environ, que 60 cm de large sur 55 cm de profondeur. De plus, vous pourrez choisir la hauteur de congélateur qui conviendra le mieux à votre cuisine. Ces congélateurs armoires sont en pose libre mais peuvent également s’intégrer à votre convenance dans un meuble de cuisine en colonne. Vous pouvez également l’équiper d’une façade pour qu’il s’intègre parfaitement avec les autres meubles de votre cuisine. N’oubliez pas, cependant, avant de l’installer, qu’il vous faut prévoir 5 cm supplémentaires de chaque côté du congélateur pour que la chaleur extraite puisse circuler et ne pas entraver le bon fonctionnement du congélateur. Si vous souhaitez le poser sur un réfrigérateur, compter un espace de 10 cm entre le bas du congélateur et le haut du frigidaire. De même, vous devez prévoir un espace suffisant entre le haut du congélateur et votre plafond.

Le volume d’un congélateur

Si vous disposez d’une place suffisante mais que vous hésitez quand-même entre les deux formats, prenez en considération le volume de chacun des deux congélateurs. Ce critère dépend du nombre de personnes composant votre ménage et de l’usage que vous ferez de votre congélateur. Pour une personne seule ou en couple, une capacité de 150 litres semble suffisante. Pour un couple avec 2 enfants par exemple, un volume de 200 litres peut convenir. Pour une famille plus nombreuse, qui en ferait un usage extensif, vous pouvez opter pour un volume de 400 litres.

Les types de froid

Une fois que vous serez fixé sur le format et la capacité de stockage du congélateur dont vous avez besoin, vous pouvez considérer d’autres critères tel que le type de froid de chaque type de congélateur. Il en existe deux : le froid dit « statique » et le froid appelé « ventilé ». Le froid statique, le plus courant sur le marché des congélateurs de nos jours, consiste en une méthode de diffusion de l’air froid par un évaporateur qui permet de le laisser circuler plus facilement. En fait, l’air froid, de par sa nature, est lourd et a donc tendance à stagner en bas tandis que l’air chaud, plus léger, remonte vers le haut. De ce fait, pour une meilleure utilisation du froid et afin de consommer moins d’énergie, les fabricants ont attribué aux congélateurs différentes zones de température et d’humidité. Les utilisateurs doivent donc en tenir compte lors du rangement de leurs produits congelés. Ainsi les produits alimentaires destinés à être gardés plus longtemps trouveront leur place dans les compartiments inférieurs du congélateur. À l’opposé, les aliments à consommer rapidement seront rangés dans les compartiments supérieurs.
La technologie « froid statique » coûte bien moins chère que celle du froid ventilé dite aussi « Système No Frost ». Les congélateurs équipés de ce système disposent d’une colonne de ventilation dans la paroi du fond. Celle-ci permet la ventilation d’un air sec aboutissant à une meilleure répartition de la température à tous les niveaux du congélateur. Pour ce type de congélateurs, les fabricants n’ont pas besoin de prévoir différentes zones de température et d’humidité. Cette technologie, qui coûte plus cher, a l’avantage de mieux lutter contre l’air chaud et la température extérieure et donc de permettre de conserver les aliments bien plus longtemps. Cependant, cet air sec peut assécher certains aliments tels que les fromages, la charcuterie, etc.

La consommation énergétique

Un autre critère, non moins important à prendre en compte, lors de l’achat d’un nouveau congélateur, est celui de la consommation énergétique. En effet, celle-ci peut aller du simple au double selon la classe d’énergie de votre appareil. Pour mieux comprendre ce qu’est une classe d’énergie, il faut savoir que l’Union Européenne a établi des normes en catégorisant les appareils ménagers, et autres, selon leur consommation énergétique, en plusieurs classes allant de A à G, A attribué à celle qui consomme le moins et G à la plus gourmande en énergie. La catégorie A est subdivisée, à son tour, en plusieurs classes, allant de la moins bien notée A+, à la plus efficace, A+++. Il faut savoir, qu’à l’heure actuelle, les classes en-dessous de A+ ont quasiment disparues du marché.
Puisqu’un congélateur fonctionne 365 jours par an et 24h/24, mieux vaut, pour votre bourse aussi bien que pour la planète, éviter les appareils trop gourmands en énergie. Pour cela, selon votre budget, optez plutôt pour une classe A++, voire A+++. De cette manière, vous réaliserez jusqu’à 40% d’économie par rapport à un congélateur de classe A ou A+.
Un autre moyen de réaliser plus d’économie est de choisir un congélateur ayant le système « No Frost » citée plus haut. Bien que cette technologie coûte, certes, plus chère à l’achat, elle vous permet, non seulement de vous débarrasser définitivement de la corvée du dégivrage, mais d’économiser davantage sur votre consommation d’énergie. Avec un appareil équipé du système « froid statique », le dégivrage régulier est indispensable, si vous le négligez, vous verrez votre consommation d’énergie grimper de 30%, et ce, très rapidement.

Les classes climatiques

La plupart des consommateurs ne savent pas ce qu’est une classe climatique et ne peuvent donc en faire un critère d’achat de leur congélateur. Pourtant, de la classe climatique dépend le bon fonctionnement de votre appareil. Celle-ci indique la température ambiante de la pièce dans laquelle le congélateur peut fonctionner de manière optimale et ce, sans surcroit de consommation d’énergie. Quel que soit l’endroit où vous vivez, et quelle que soit la température de la pièce où vous projetez de placer votre congélateur, garage non chauffé ou cuisine à température habituellement élevée, vous devez être attentif à ce critère lors de l’achat. Il existe quatre classes climatiques :
– SN : classe tempérée élargie qui va de 10 à 32 degrés,
– N : classe tempérée qui va de 16 à 32 degrés,
– ST : classe subtropicale qui va de de 16 à 38 degrés,
– T : classe tropicale qui va de 6 à 43 degrés,
Dans l’optique de commercialiser le plus possible de congélateurs, les fabricants ont créé une classe supplémentaire, la N/ST. Celle-ci confond plusieurs classes à la fois et va de 16 à 38 degrés. Ainsi, avec cette dernière classe, quelle que soit l’endroit où votre congélateur élira domicile, il fonctionnera normalement.

L’autonomie

Parmi les autres facteurs à ne pas négliger lors du choix d’un congélateur se trouve celui de l’autonomie. Ceci est d’autant plus important si vous vivez dans une région où les intempéries sont monnaie courante et provoquent régulièrement des pannes d’électricité pendant de nombreuses heures, voire quelques jours. Vous risquez alors facilement perdre plusieurs kilos d’aliments stockés dans votre congélateur. Selon l’appareil et surtout selon la qualité de ses parois d’isolation, son autonomie peut varier de cinq heures à 110 heures. Il est préférable donc de lire scrupuleusement l’étiquette technique du congélateur lors de son achat, de vérifier le nombre d’heures d’autonomie afin de vous prémunir de tout désagrément en cas de panne d’électricité.

La fiabilité d’un congélateur

Parmi tous les appareils ménagers, les congélateurs sont ceux qui tombent le moins souvent en panne. Le taux de fiabilité est encore plus élevé lorsqu’il s’agit de congélateurs armoire. Si votre appareil tombe quand-même en panne, commencez par vérifier vous-même d’où vient le problème, car, étant donné son encombrement et son poids, vous ne pouvez pas faire un aller-retour chez le marchand pour qu’il établisse un diagnostic préalable. Si votre congélateur ne peut plus produire du froid, débranchez-le et rebranchez-le et assurez-vous que le cordon d’alimentation est en bon état de marche. Le problème peut également provenir d’une défaillance du thermostat, qu’il suffit alors de changer. Vérifiez également l’étanchéité des parois du congélateur et les joints que vous pouvez facilement remplacer en vous les procurant chez votre vendeur. Cependant, il est parfois difficile de trouver des pièces de rechange en magasin ou sur internet, certains fabricants omettent d’en mettre à la disposition des consommateurs, ne lui laissant ainsi, pas d’autre choix que de racheter un autre appareil neuf. Restez vigilent tout de même et ne vous aventurez surtout pas à des réparations complexes même si vous êtes un fin bricoleur. En effet, le congélateur est muni d’un gaz réfrigérant hautement inflammable et le risque d’un accident n’est pas exclu lors des réparations.

Les garanties d’un congélateur

Bien que les congélateurs aient une bonne durée de vie, la première chose à laquelle on pense lorsqu’une panne survient est la garantie de l’appareil lors de son achat. En effet, il est préférable de se prémunir et d’être bien couvert en cas de problème. C’est pour cela que les fabricants, et les vendeurs, ont mis en place plusieurs types de garanties. Il y a d’abord les garanties légales qui sont de deux types. La garantie gratuite de conformité d’une durée de 2 ans qui vous couvre si votre appareil ne répond pas au descriptif annoncé au départ ou ne tient pas ses promesses. Le fabricant le répare alors gratuitement, le remplace ou le rembourse intégralement. La seconde garantie est celle des vices cachés. D’une durée de deux ans également, gratuite, elle intervient à la fin de la première garantie. Le fabricant répare ou rembourse alors tout appareil défectueux qui ne remplit pas son rôle, à condition que la panne ait pour cause un défaut de fabrication. Viennent ensuite les garanties commerciales gratuites ou payantes. Lors de l’achat, le vendeur garantit gratuitement votre appareil pendant une période de 6 à 2 ans. Période pendant laquelle il s’engage à réparer, remplacer ou rembourser le congélateur défectueux. Passé cette période, le vendeur vous propose une extension payante de cette garantie qui peut aller jusqu’à 5 ans et qui pourra vous coûter jusqu’à 20% du prix de l’achat de votre appareil.
En général, les vendeurs omettent de mentionner les garanties existantes gratuites qui sont, la plupart du temps, suffisantes et proposent directement des garanties et des extensions de garantie bien plus chères. En outre, il est important de bien lire vos contrats de garantie qui, parfois, excluent certaines réparations, certaines pièces ou certaines zones géographiques.

Le confort d’utilisation d’un congélateur

Le confort d’utilisation d’un congélateur est lié au format que vous aurez choisi. Avec un congélateur coffre, vous sera amené à vous pencher pour déposer les aliments tandis qu’avec une armoire, il faut vous agenouiller pour remplir les tiroirs du bas.

Les portes

Si vous avez choisi un congélateur coffre, vous n’aurez qu’un seul choix de porte, car celui-ci s’ouvre sur le dessus. Ce type d’ouverture permet une bonne isolation du congélateur quel que soit la température de la pièce dans laquelle vous l’avez entreposé.
Si vous opté pour un congélateur armoire, vous pourrez choisir, selon l’espace dont vous disposez, un appareil à une ou deux portes, dont l’ouverture se fait par le milieu. Pour les appareils à une seule porte, plusieurs choix s’offrent à vous : une porte qui s’ouvre sur la gauche, sur la droite ou carrément une porte réversible, pouvant s’ouvrir aussi bien par la droite que par la gauche. Cette dernière nouveauté est très pratique dans les petites kitchenettes et facilite grandement le dégivrage et nettoyage du congélateur.

Les poignées à dépression

De même que les portes, des poignées de portes de votre congélateur contribuent à une meilleure isolation et à son bon. Vous pouvez soit vous contenter de poignées en plastique avec mousse collée sur le dessous ou prendre un congélateur déjà équipé de ces fameuses poignées à dépression. Sur ce type d’appareil, lorsque vous ouvrez la porte et que vous essayez tout de suite après de la rouvrir, elle vous résiste et se bloque. Ce phénomène se produit parce que l’air chaud, qui est entré lorsque vous avez ouvert la porte, s’est contracté à l’intérieur de l’appareil, créant ainsi une pression qui agit comme ventouse. Les poignées de dépression ont pour but de maintenir le froid à l’intérieur du congélateur et de préserver les aliments de tout réchauffement lors de l’ouverture de la porte.

L’alarme

Les congélateurs ne sont pas tous équipés d’une alarme. Pourtant celle-ci est primordiale pour un meilleur fonctionnement de votre appareil, puisqu’elle a pour rôle de vous avertir si vous oubliez de fermer la porte, si la température chute brutalement ou si le congélateur tombe en panne. Sur le marché, vous aurez le choix entre une alarme visuelle, qui se met à clignoter en cas de souci, ou une alarme sonore, qui émet une sonnerie plus ou moins forte. Certaines alarmes combinent les deux procédés. Si votre congélateur n’est pas muni d’une alarme, vous pourrez l’en équiper en achetant un modèle d’alarme très simple qui se contente d’une sonnerie en cas de problème ou en vous procurant des modèles plus complexes qui vous permettent de programmer un seuil de température à ne pas dépasser. Selon votre choix, le prix varie de 10 à 50 euros.

Le niveau sonore d’un congélateur

Le niveau sonore d’un congélateur est également un critère important, surtout si vous avez une cuisine américaine qui vous sert aussi de pièce à vivre. Il ne faut pas oublier que le bruit de votre congélateur s’additionne à celui de votre réfrigérateur. C’est pour cela, selon votre budget, optez plutôt pour celui qui indique, sur sa fiche technique, le moins de décibels. De nos jours la norme se situe entre 40 et 42 DB mais les fabricants ne cessent de rivaliser d’ingéniosité pour mettre sur le marché des appareils quasiment silencieux. Quel que soit le congélateur choisi, vous pouvez réduire son niveau sonore en prenant quelques précautions. Ainsi, votre congélateur sera plus bruyant si votre sol n’est pas parfaitement horizontal. Pour cela, utilisez un niveau lors de son installation et prévoyez des cales. Évitez également de placer votre appareil contre un autre, laisser au moins 6 cm entre eux afin que l’air puisse circuler plus facilement et ne pas entraver leur bonne marche. Vérifiez régulièrement les joints et changer les si nécessaire. Lors du rangement de vos denrées alimentaires, séparez les bouteilles pour qu’elles ne s’entrechoquent pas. Nettoyez le congélateur et dégivrez-le, s’il n’est pas à froid ventilé, très régulièrement.

Comment entretenir votre congélateur ?

Le dégivrage

Comme nous l’avons mentionné plus haut, seuls les congélateurs à froid statique ont besoin d’un dégivrage régulier. Si vous négligez cette opération, une couche de glace se forme à l’intérieur empêchant le bon fonctionnement de votre appareil. En effet, celui-ci doit travailler davantage en consommant plus d’énergie pour produire du froid. Comment procéder ?
Commencer par mettre tous vos aliments congelés à l’abri de la chaleur, dans un autre congélateur si vous en avez un, dans des glacières si la température ambiante est convenable, ou… chez votre voisin. Mettez une serpillère, des tissus absorbants ainsi qu’une casserole d’eau dont la température sera bien supérieure à celle du congélateur, soit au pied du congélateur soit dans le compartiment du bas et fermez la porte. Ceci permettra à la glace et au givre de fondre rapidement. Éteignez ensuite votre appareil ou mettez-le en veille si vous avez cette option. Lorsque toute la glace aura fondu, c’est-à-dire environ une demi-heure plus tard, munissez-vous d’une spatule en bois ou en plastique, pour ne pas abîmer les parois, et attelez-vous à un grattage systématique de tout ce qui n’aura pas fondu. Si vous voulez aller plus vite et éviter de perdre du temps à attendre que le givre fonde, équipez-vous d’un grand spray à eau, remplissez-le d’eau bouillante et vaporisez toutes les parois intérieures jusqu’à ce que toute la glace soit fondue. Si le givre vous résiste, vous pouvez utiliser un sèche-cheveux à batterie. Si vous utilisez un sèche-cheveux à câble vous risquez de vous électrocuter si le câble touche la glace.

Le nettoyage

Pour éviter toute contamination, il est important de nettoyer votre congélateur régulièrement, de préférence juste après le dégivrage, si vous possédez un congélateur à froid statique. Il vous suffit alors de mettre au lave-vaisselle ou de laver à la main, à l’eau savonneuse, les paniers ou tiroirs et de les sécher avec un tissu sec et propre ou de les laisser sécher à l’air libre. Pour l’intérieur du congélateur, un produit à vaisselle diluée dans un récipient additionné de vinaigre blanc suffira à le nettoyer et à éliminer toutes les odeurs et bactéries. Badigeonnez alors et frottez si nécessaire toutes les parois intérieures.

Astuces pour un meilleure utilisation de votre congélateur

Ne gardez pas les portes ouvertes très longtemps afin de garantir un froid constant à l’intérieur et d’éviter tout réchauffement des aliments.

Que congeler et comment ?

La congélation est devenue un acte presque quotidien de tout consommateur. En effet, dans un souci d’économie, quelle ménagère n’a pas automatiquement pensé à congeler les restes d’un plat ? et quelle mère de famille n’a pas, afin de mieux organiser la vie familiale, préparer des petits plats cuisinés destinés à une consommation ultérieure ? il faut savoir que certains aliments se congèlent mieux que d’autres. Ainsi, le poisson, les volailles, la charcuterie, les herbes telles que le persil, les gâteaux, les fruits… gardent toute leur saveur au congélateur. En revanche, les sauces telles que la mayonnaise, la crème fraiche ainsi que les œufs entiers et certains légumes tel que la salade verte, changent de goût et parfois de texture lors de la congélation. Quel que soit le produit à congeler, celui-ci doit être suffisamment froid avant d’être rangé au congélateur. Si vous voulez congeler l’un de vos petits plats, attendez qu’il soit complétement froid, mettez-le ensuite au frigidaire quelques heures, il sera enfin prêt pour une congélation efficace.

Quel emballage ?

Les supermarchés regorgent d’emballages de congélation de toute forme et de divers matériaux. Ainsi, vous avez les sacs en plastique, les barquettes aluminium, le papier aluminium, etc. En tous les cas, choisissez un emballage bien hermétique qui permettra une bonne conservation des aliments et évitera toute oxydation ou diffusion de mauvaises odeurs dans le congélateur. Pour évitez d’ouvrir les sacs pour vérifier son contenu, munissez-vous d’étiquettes et notez la nature de l’aliment et sa date de congélation et collez-les ensuite sur le récipient. Si vous préférez utiliser directement des produits déjà surgelés, prenez-les en dernier, à la fin de vos courses. Soyez vigilent lors de leur transport qui doit s’effectuer dans des sacs isothermes ou glacières prévus à cet effet et évitez de les faire attendre avant de les répartir dans votre congélateur. Si le trajet jusqu’à votre domicile est un peu long, vous pouvez vous faire livrer, de cette manière, vos surgelés passement moins de temps hors d’un congélateur.

Super Freeze et glaçons

Si vous mettez des aliments frais à congeler, sachez que ces derniers, même s’ils ont passé quelques heures au frigidaire, ont une température plus élevée que ceux déjà congelés se trouvant à l’intérieur du congélateur. Afin d’éviter que les nouveaux aliments ne réchauffent rapidement les anciens, choisissez un congélateur muni de la fonction « Super Freeze » ou « congélation rapide ». Cette fonction réduit la température du congélateur au minimum en un laps de temps assez rapide, il vous suffit alors d’appuyer sur le bouton « super freeze » pour voir vos nouveaux aliments se congeler très rapidement. Pensez également à bien répartir vos aliments à différent niveau de votre congélateur, si vous devez congeler une grande quantité à la fois. En prime, le « Super Freeze » permet aussi de produire des glaçons, ce qui est non négligeable lorsque vous recevrez des invités ou si vous habitez dans une région chaude et que vous consommez souvent des boissons fraiches.

La décongélation

Si vous n’utilisez que des produits déjà surgelés, vous n’aurez qu’à les décongeler en les mettant directement dans votre micro-onde. Si en revanche, vous souhaitez décongeler l’un de vos petits plats, préparé à domicile, vous devez à tout prix éviter de le décongeler à température ambiante car ce type de décongélation favorise la prolifération rapide des bactéries. Placez-le d’abord dans la partie la plus froide de votre frigidaire et réchauffer-le quand il sera décongelé. Certains aliments, tels que les viandes et les légumes, supportent bien le changement brutal de température et vous pouvez donc mettre à la poêle directement vos steaks surgelés. Mais il faut savoir que ce type de décongélation brutale détruit les nutriments et les vitamines des aliments.